pont-vieux à lavoûte-sur-loire (43)

Consolidation, restauration et mise en valeur des vestiges - Mission complète

Avant travaux
Avant travaux
Avant travaux
Avant travaux

Maître d’ouvrage : Publique | Phasage : 2019-2020 | Avancement : AVP rendu, DP et DCE en cours

Coût des travaux : 250.000€ HT | Protection : Abords MH

Équipe de maîtrise d'oeuvre : Atelier Isshin mandataire, cabinet Tamburini économiste

 

Lien vers la fondation du patrimoine - Mission Bern 2018 : Mécénat

Vue générale du pont-vieux, côté amont, état actuel avant travaux
Vue générale du pont-vieux, côté amont, état actuel avant travaux

Sauvegarder les derniers vestiges d'un pont multi-séculaire, lieu de rassemblement patrimonial

 

Le premier ouvrage de franchissement de la Loire à cet emplacement remonterait à l'époque romaine. Il faut attendre probablement le XVème siècle pour qu'un premier pont en maçonnerie soit édifié. Plusieurs piles pourraient remonter à ce premier pont médiéval. A l'époque, pas d'arches et un simple tablier en bois... A la fin du XVII, le pont est mentionné en très mauvais état, presque vétuste, dans les archives. En 1719, le pont est même dit "impraticable".

Le pont, dans ses dispositions actuelles, avec des arches en maçonnerie, date du XVIIIe siècle. Des persistances dans la maçonnerie témoigne du rajout postérieur des arches.

 

Un pont neuf est édifié en 1855 au centre-bourg de Lavoûte, rendant l'utilité de celui-ci caduc. Laissé sans entretien depuis, plusieurs arches se sont effondrées au fil des crues. La dernière, dans les années 1990 seulement.

 

Sensible à l'intérêt de ces vestiges, comme témoin patrimonial du développement de la commune, la mairie de Lavoûte travaille depuis plus de 4 ans à sa sauvegarde. Le pont est un lieu de rassemblement très connu des habitants, et la berge accueille régulièrement des évènements. Le pont se situe également sur un chemin de randonnée très emprunté, et marque le mi-chemin entre le château de Lavoûte-Polignac et le centre bourg.

 

Le projet prévoir avant tout une consolidation-restauration traditionnelle des maçonneries : enlèvement de la végétation, nettoyage, reprise des joints, confortement des piles, remaillage des fissures. Le projet doit également prendre en compte un contexte très particulier : zone Natura 2000, proximité à la Loire (loi sur l'eau), présence d'habitat de plusieurs espèces protégées sensibles... des contraintes auxquelles le chantier répondra avec exemplarité !